Linked In en 877 686-0240
 Bulletins techniques
octobre 2014

Les systèmes d'alarme antivol : Utiles même pour établir la cause d'un incendie

Par Stéphane Labonté ing., CFEI, IAAI-CFI,

Il va de soi que les panneaux d'alarme incendie peuvent révéler des informations importantes lors d'une enquête visant à déterminer l'origine et la cause d'un incendie. Mais qu'en est-il des systèmes d'alarme antivol ?

Bien qu'ils soient conçus pour prévenir les vols ou les dommages à la propriété, les systèmes d'alarme antivol peuvent aussi fournir des informations importantes à l'investigateur en scène d'incendie.

Dans ce bulletin, nous présentons le principe de fonctionnement général des systèmes d'alarme antivol, la méthode d'analyse physique de leurs composants sur une scène d'incendie et nous exposons les différentes façons de récupérer les données contenues dans la mémoire interne du panneau de contrôle. Enfin, nous aborderons le processus d'analyse des informations obtenues dans le contexte d'une investigation visant à déterminer l'origine et la cause d'un incendie.

Comment fonctionnent les systèmes d'alarme antivol

Même s'il existe différents modèles de systèmes d'alarme, ceux-ci fonctionnent sensiblement de la même façon. Généralement, un système d'alarme comprend des détecteurs qui servent à déceler les éventuelles variations au niveau de l'environnement à surveiller (température, mouvement, etc.). Il peut s'agir notamment de contacts magnétiques, de détecteurs de mouvements ou de bris de verre. Il est également possible d'ajouter des détecteurs de fumée ou de chaleur qui seront aussi supervisés par le système d'alarme antivol. Les informations fournies par les détecteurs sont ensuite recoupées vers un panneau de contrôle qui gère le système. Ce dernier évalue les informations reçues et déclenche une alarme si les conditions nécessaires sont réunies.

Photo 1 : Panneau de contrôle

Le système d'alarme s'accompagne également d'un dispositif de commande pour le lancement, la configuration et l'arrêt du système. Ce dispositif se présente généralement sous forme de clavier ou de télécommande. Enfin, le système d'alarme peut fonctionner de façon autonome (alarme locale seulement) ou encore être relié par une ligne téléphonique, cellulaire ou internet, afin de transmettre les alarmes à un central de télésurveillance. Dans certains cas, le panneau de contrôle communique directement avec un téléphone cellulaire ou un téléavertisseur.

Systèmes d'alarme antivol : Que faut-il vérifier

L'investigateur devrait systématiquement examiner les différents composants du système d'alarme afin d'y déceler les signes de sabotage suivants :

Photo 2: Sabotage d'un contact de porte
  • Ligne téléphonique débranchée ou coupée ;
  • Détecteur(s) de mouvement obstrué(s) ;
  • Contact(s) magnétique(s) altéré(s) (deux composants du contact collés ensemble) ;
  • Zone(s) débranchée(s) ;
  • Alimentation (source a.c. et batterie de secours) débranchée.

Outre l'inspection minutieuse de chacun des composants, il est également primordial de faire un croquis des lieux (à l'échelle) et d'y indiquer, le plus fidèlement possible, la position de ces composants. Enfin, l'investigateur devrait identifier le fabricant et le numéro de modèle de chaque équipement afin d'obtenir, si nécessaire, les fiches techniques de ces produits.

Systèmes d'alarme antivol : Comment récupérer les données

La plupart des panneaux de contrôle intègrent une mémoire qui enregistre les derniers évènements du système (typiquement 128 ou 256 évènements). Il s'agit de la source d'information la plus complète puisque tous les types d'évènements y sont enregistrés (alarme, modification de la programmation, armement, désarmement, trouble). Il est à noter que le central de télésurveillance (le cas échéant) ne reçoit qu'une partie des évènements enregistrés par le panneau de contrôle. En effet, les données transmises au central de télésurveillance dépendent de la programmation du système et de l'entente de service entre cette dernière et l'utilisateur. De la plupart des cas, le système est programmé pour transmettre les signaux d'alarme et de trouble uniquement.

Il existe plusieurs façons de récupérer ces données. Si le système est toujours fonctionnel et qu'il est alimenté (source a.c. ou batterie), l'utilisation d'un clavier alphanumérique s'avère la solution la plus facile et la plus économique. Il est à noter que la connaissance du code d'accès maître du système est essentielle pour réaliser cette opération.

Dans le cas où le système n'est plus fonctionnel ou que l'on ne dispose pas d'un clavier alphanumérique, il est possible d'utiliser un ordinateur portable, lequel devra être muni du logiciel approprié, afin d'entrer en communication avec le panneau de contrôle. Ceci nécessite généralement de faire appel à un technicien spécialisé afin de procéder à la récupération de données. Ce dernier pourra, à son choix, utiliser un ordinateur portable ou encore relier le panneau à une ligne téléphonique et obtenir la collaboration d'un central de télésurveillance afin d'extraire les données à distance. À l'instar de la récupération de données à l'aide d'un clavier alphanumérique, l'utilisation d'un ordinateur portable ou d'un lien téléphonique nécessite également le code d'accès maître du système afin d'établir la communication avec le panneau de contrôle.

Il faut être prudent lorsque les données sont extraites directement à partir du panneau de contrôle. En effet, les évènements ont été enregistrés avec l'heure du panneau de contrôle, laquelle peut s'avérer différente de l'heure réelle à laquelle est survenu l'évènement. S'il est possible d'établir l'écart entre l'horloge interne du panneau et l'heure réelle, une correction appropriée des heures d'évènements enregistrés par le panneau pourra alors être effectuée. Il est à noter que ce problème ne se pose pas lorsque les données sont transmises à un central de télésurveillance, car ce dernier utilise des horloges synchronisées avec le temps universel coordonné (UTC).

Systèmes d'alarme antivol : Comment analyser les données recueillies

Dans un premier temps, il est essentiel d'établir la chronologie exacte des différents évènements enregistrés par le système d'alarme, le tout mis en corrélation avec les informations provenant de témoins ou des premiers intervenants.

Par exemple, si le rapport des évènements démontre qu'il y a eu ouverture d'une porte quelques secondes seulement avant le déclenchement d'un détecteur de fumée, la possibilité d'un geste de nature intentionnelle devrait être sérieusement considérée.

Dans le cas où le premier dispositif à réagir est un détecteur de mouvement intérieur, que le rapport ne révèle aucune ouverture de porte préalable et que toutes les fenêtres sont intactes à l'arrivée des premiers intervenants, le scénario d'un incendie volontaire accompagné d'une entrée par effraction peut être rejeté. À cet égard, il faut comprendre que les détecteurs de mouvement fonctionnent à l'aide de cellules infrarouges qui détectent les variations de température. Ainsi, ils peuvent aussi bien réagir à une présence humaine qu'à une augmentation de température générée par un incendie. D'ailleurs, les détecteurs de mouvement sont souvent les premiers dispositifs d'un système d'alarme antivol à réagir lors du développement d'un incendie (à l'exception des détecteurs de fumée s'il y a lieu).

Photo 3: Détecteur de mouvements

Lorsqu'un incendie (détecteur de fumée ou de mouvement, témoins) est découvert quelques secondes seulement après l'armement du système d'alarme, il y a tout lieu de croire que la dernière personne à avoir armé le système pourrait être reliée à la cause de ce sinistre (volontaire).

De plus, les données provenant d'un système d'alarme antivol peuvent également permettre de préciser la région d'origine d'un incendie. De fait, comme ces derniers réagissent à la chaleur, la séquence de déclenchement des détecteurs de mouvements d'un grand bâtiment sévèrement endommagé peut orienter l'investigateur vers un secteur d'origine probable.

Comme vous pouvez le constater, chaque cas est unique et doit être analysé rigoureusement. Évidemment, il existe une multitude de cas qui ne peuvent être énumérés dans ce bulletin. De façon générale, le succès de l'analyse des données est directement tributaire de la rapidité d'intervention et de la qualité des démarches effectuées sur le site (croquis, examen physique du système, recherche de signes de sabotage, etc.).

Conclusion

Bien que les systèmes d'alarme antivol soient, de prime abord, conçus pour prévenir les méfaits à la propriété (vol, entrée par effraction, etc.), ils peuvent également s'avérer très utiles lors d'investigations visant à déterminer l'origine et la cause d'un incendie.

En conclusion, l'investigateur en scène d'incendie se doit de porter une attention particulière à la présence de tout système d'alarme antivol et d'en examiner systématiquement chacun des composants. S'il le juge nécessaire, il pourra alors procéder à l'extraction des données afin de compléter son enquête.